Hiprecy Leo, test de l’imprimante 3D, vraiment très prometteuse

This post is also available in: English (Anglais)

Vous n’avez sans doute jamais entendu parler de la marque Hiprecy, une toute nouvelle marque chinoise d’imprimante 3D sur le marché, ils n’ont actuellement qu’un seul modèle dans leur catalogue, la Hiprecy Leo.

Sur le papier cette imprimante a tout pour plaire, et propose des fonctionnalités dignes des imprimantes haut de gamme, pour un tarif relativement intéressant, autour de 350€ sur Aliexpress avec du stock en Espagne.

 

J’ai eu la chance de pouvoir recevoir une unité de test de cette machine, pour vous en faire la présentation et aussi remonter les éventuels problèmes au fabricant en tant que beta testeur. Alors verdict ?

Tout d’abord voyons la fiche technique de la machine :
– Structure entièrement en métal, profilé aluminium
– Surface d’impression 230x220x260mm
– Extrudeur direct drive BMG (clone)
– Hotend E3D V6 (clone)
– Carte mère Fysetc F6 8 bits avec drivers silencieux TMC2130 (cette carte mère est très évolutive, pouvant accueillir jusqu’à 6 drivers)
– Sensorless homing, la machine n’a aucun capteur de fin de course, grâce à ses drivers TMC2130
– Double moteur axe Z
– Plateau magnétique en métal flexible, double surface, une surface « sticker type builtak » et une surface lisse PEI.
– Grand écran tactile couleur avec lecteur de carte SD
– Capteur d’auto nivellement du plateau (type sonde PINDA)

La machine est donc très bien équipée, peu d’upgrade à envisager et donc un tarif justifié.

Déballage de la machine

Au déballage de la machine, on constate que le produit est entièrement assemblé, il n’y a que quelques vis à mettre pour assembler les 2 parties de la structure, idéal donc si vous êtes débutant, ou trop pressé d’utiliser votre nouveau jouet, prêt à imprimer 15/20min après le déballage.

L’assemblage est très simple, on retourne la structure inférieure pour fixer la partie haute avec 4 vis.

On connecte ensuite les 2 moteurs de l’axe Z.

Enfin il nous restera l’écran à fixer et connecter.

Première utilisation

Avant de lancer une impression, il sera nécessaire de lancer une calibration de l’axe Z, afin que les 2 moteurs de l’axe Z puissent se synchroniser, il sera également nécessaire de lancer la calibration de la première couche, pour cette opération il peut être nécessaire de d’abord vérifier si la sonde n’est pas trop haute, car si la buse chaude descend trop sur le plateau elle pourrait abîmer la surface.

La procédure de calibration est similaire à ce qu’on trouve sur les machines Prusa MK3, un motif s’imprime et vous pouvez utiliser la fonction de « live Z adjust » pour régler votre Z-offset à la volet. Vraiment très pratique !

Pour la première impression, il n’y a malheureusement pas de vrai fichier gcode de test sur la machine, en tout cas pour la machine que j’ai reçu, cela n’est qu’un détail, en même temps j’ai reçu une machine en tant que beta testeur.

Concernant le profil d’impression, je me suis donc basé sur un profil pour Ender3 sous S3D, en changeant quelques paramètres, notamment la taille du plateau, et l’ajout du code « G29 » dans le script de début afin de lancer l’autoleveling avant chaque impression, j’utilise ces paramètres depuis sans autre ajustement et les résultats sont vraiment très propres, j’ai rarement eu de si belles impressions dès le départ avec une machine. La machine étant en direct drive, vous devez donc également ajuster la valeur de rétraction, 1mm est largement suffisant.

Voici mes premières impressions faites avec la Hiprecy Leo.

Après avoir fait quelques essais avec le plateau côté « buildtak », voici une impression avec la surface PEI, que je préfère largement, ce type de surface a une très bonne accroche sans ajouter aucune colle.


Une impression qui occupe une grande partie de la surface du plateau.

Une autre impression, d’une lithophane, le rendu est vraiment très propre.

J’utilise maintenant la machine depuis 1 mois, avec environ 200h d’impression au compteur, entre temps j’ai également essayé un plateau texturé FYSETC que j’utilise aussi sur ma Ender3, cela fonctionne parfaitement avec une première couche brillante texturée.

L’interface de l’écran tactile est vraiment agréable et simple à utiliser, l’un des points forts de cette machine.


En conclusion, que vaut vraiment cette Leo Hiprecy ?

Honnêtement, même en étant bêta testeur pour ce nouveau produit, j’ai rarement été surpris par une machine au déballage, elle a parfaitement fonctionné dès la première impression, avec une très bonne qualité d’impression. Facile à assembler, un grand nombre d’options avancées, pour un tarif attractif, autour de 350€, on trouve rarement des machines aussi bien équipées.

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn


Laisser un commentaire