Utiliser OctoPrint avec la Neva Dagoma

Vous avez l’imprimante 3D Neva de chez Dagoma, et aimeriez pouvoir la piloter/contrôler tranquillement de votre canapé ou même en dehors de chez vous ? Avec OctoPrint c’est possible !

OctoPrint c’est quoi ?
Il s’agit d’une solution logicielle open source que vous allez pouvoir installer sur un raspberry pi par exemple, afin de pouvoir contrôler votre imprimante 3D à distance via une interface web directement dans votre navigateur.

Quels intérêts d’utiliser OctoPrint avec la Neva ?
– Pouvoir démarrer une impression à distance, via WiFi sans câble, à partir de votre PC/Smartphone/Tablette.
– Pouvoir contrôler à distance l’état d’avancement de votre impression
– Visualiser votre impression par l’intermédiaire d’une webcam (et enregistrer un Timelaps)
– Stopper ou mettre en pause l’impression
– Ne plus exploiter la carte SD de la Neva et stocker plusieurs fichiers .gcode

Imaginons par exemple que vous lanciez une impression le matin avant d’aller travailler, OctoPrint vous permettra donc de contrôler l’avancement de cette impression par l’intermédiaire de la webcam et donc de pouvoir la stopper si vous constatez que l’impression est entrain de partir en sucette.

Autre cas d’utilisation, vous imprimez régulièrement les mêmes objets, mais l’inconvénient c’est que vous ne pouvez stocker qu’un seul fichier .gcode sur la carte SD de la Neva, donc soit vous êtes obligé de recopier sans arrêt les même fichiers sur la SD, soit vous lancez l’impression de votre PC ou soit vous avez plusieurs cartes SD. Avec OctoPrint les fichiers .gcode sont stockés sur la carte SD du raspberry, et vous avez une interface pour sélectionner le fichier de votre choix à envoyer en impression.

Au passage OctoPrint qui reconnait donc les fichiers .gcode, reconnaît également les fichiers STL, vous pouvez donc « slicer » directement un fichier STL que vous avez téléchargé sur Internet directement sur OctoPrint via l’intermédiaire d’un plugin de slicer CuraEngine.

Autre exemple tout simple, votre Neva est dans votre bureau, dans votre sous-sol, ou à l’étage, et vous voulez juste pouvoir jeter un oeil via votre smartphone si votre impression est terminée…

Bref OctoPrint peut s’avérer être un outils très pratique, cette solution fonctionne avec la Neva mais également avec la plupart des imprimantes 3D, tant que vous disposez d’un port USB sur l’imprimante et si l’impression via PC est possible, il y a de fortes chances pour qu’OctoPrint soit compatible.

Combien ça coûte ?

Le logiciel OctoPrint est gratuit, mais il faudra du matériel pour pouvoir faire fonctionner la solution, même si vous pouvez l’installer sur un ordinateur, ce système est normalement conçu pour être installé sur un Raspberry Pi, il s’agit d’un micro-ordinateur, vraiment « micro » aussi petit qu’une carte de crédit, cela vous coûtera entre 20€ et 40€.

Il vous faudra une des références suivantes : Raspberry Pi A/B/A+/B+/3/Zero , attention actuellement cela n’est pas compatible avec le 3+, il faut également noter que l’utilisation avec une Webcam pourra poser problème si vous utilisez un Raspberry Zero W (prenez bien la version W pour avoir le module WiFi intégré).

Pour ma part ayant un Raspberry B, ainsi qu’un Raspberry Zero W, j’ai préféré installer cette solution sur le Zero W car je n’ai pas besoin d’y connecter une Webcam.

J’ai commandé ce starter kit à 26€ sur Amazon , même si on peut encore trouver moins cher, ce kit contient en plus quelques adaptateurs, même si on ne va pas le connecter à un écran, le câble USB-Micro USB sera utile, et le reste des accessoires pourra servir pour de futurs projets en impression 3D exploitant un raspberry, il contient également un boitier pour le raspberry mais vous pouvez aussi faire le choix de l’imprimer vous même.

Il vous faudra également une carte au format micro-SD, de 8Go pour dire d’avoir de la marge (l’image décompressée du logiciel prendra quasiment 2Go de mémoire).

Comment installer OctoPrint ?

Téléchargez la dernière image d’octoprint directement sur le site des développeurs https://octoprint.org/download/

Vous allez récupérer un fichier au format « .img » le copier directement sur la carte SD ne fonctionnera pas, il faudra utiliser un logiciel qui permet de copier le contenu de cette image sur la partition de la carte SD.

Si vous êtes sur Windows vous pouvez utiliser Win32 Disk Imager, et utiliser cette procédure https://raspbian-france.fr/creez-carte-sd-raspbian-raspberry-pi-windows/  il s’agit ici d’un tutorial pour installer un OS type linux complet, c’est pas exactement ce que l’on veut faire, on veut juste installer notre image d’octoprint, donc suivez la même procédure que ce tuto mais utilisez l’image téléchargée sur le site d’octoprint à la place.

Si vous êtes sur Mac, comme moi, j’avais trouvé un tuto qui donnait un script automator qui faisait tout le boulot, mais il était assez ancien et ne fonctionnait pas pour moi. J’ai donc utilisé le terminal pour faire une copie direct.

Voici la procédure d’installation d’octoprint sur une carte micro-SD (via un adaptateur USB ou SD) :

D’abord on doit identifier la partition de notre carte micro SD, à l’aide de la commande df -h

Il s’agit dans mon cas de la partition /dev/disk3s1

Avant d’y installer l’image d’octoprint, il est nécessaire de démonter la partition via la commande diskutil umount /dev/disk3s1

Ensuite on copie le contenu de l’image (qui devrait se trouver dans le dossier Downloads) vers la carte avec la commande sudo dd bs=1m if=~/Downloads/2017-06-21-octopi-jessie-lite-0.14.0.img of=/dev/rdisk3

Cette commande peut prendre un peu de temps à s’exécuter (5 bonnes minutes chez moi)

Une fois Octprint installé sur votre carte micro-SD, vous devriez pouvoir accéder au contenu de la carte à partir de votre ordinateur, il faudra éditer le fichier octopi-network.txt afin de pouvoir configurer votre réseau WiFi.

Décommentez (enlevez le # devant la ligne) les 3 lignes suivantes et ré-enregistrez le fichier :

## WPA/WPA2 secured
iface wlan0-octopi inet manual
    wpa-ssid « monwifi »
    wpa-psk « monMotDePasseWifi »

Voilà votre carte micro-SD est prête, vous pouvez l’insérer dans le raspberry, et connecter le port micro-usb pour l’alimenter (vous devez avoir inséré la carte micro-sd avant de le brancher). Attendez environ 1 minute le temps que le système de la carte s’initialise et qu’il se connecte au WiFi, au passage si jamais vous devez autoriser les connexions WiFi avec votre box internet, il faudra songer à le faire aussi 😉

Première utilisation de l’interface web octoprint et configuration pour la Neva

Pensez à connecter le raspberry pi à la Neva, il faudra utiliser un adaptateur micro-usb vers USB et y connecter le câble fourni avec la Neva.

Pour accéder à octoprint, c’est très simple, ouvrez votre navigateur favori, attendez quelques minutes après avoir alimenté le raspberry, puis normalement vous devriez avoir accès à l’interface via l’url http://octopi.local/

Si cela ne fonctionne pas, pouvez tenter d’identifier l’IP attribué au raspberry via votre box/routeur, si vous ne le trouvez pas, c’est doute lié à une mauvaise configuration du WiFi, revérifiez vos paramètres.

A la première connexion, vous devrez choisir un identifiant mot de passe (facultatif), il faudra ensuite créer un profil d’imprimante, nous allons donc procéder pour la Neva Magis, cliquez sur la petite clé en haut, puis sur « Printer Profiles », ensuite sur « Add Profile », les paramètres à définir pour la Neva sont :

Form Factor : Circular
Heated bed : décoché
Diameter : 170mm
Height : 170mm



Confirmez, puis sauvegardez votre profil, vous pouvez aussi le définir par « défaut » dans la liste des profils.

Ensuite il faudra connecter l’imprimante via le bouton « Connect » (vous pouvez aussi cocher la case « Auto-connect on server startup »

Et pour lancer une impression alors ?

Vous pouvez utiliser Cura By Dagoma comme d’habitude, mais au lieu d’appeler le fichier Dagoma0.gcode, donnez le nom que vous souhaitez à votre fichier. Soit vous chargez le fichier sur la carte SD comme d’habitude puis l’insérez ensuite dans la Neva, octoprint vous permettra de visualiser le contenu de la carte SD de la Neva, soit vous chargez directement sur la carte SD du raspberry via Octoprint (avec le bouton upload), comme vous préférez !

Et suffit ensuite dans cette liste cliquez sur le petit icône « Imprimante » et c’est parti !

Si tout se passe bien, vous devriez voir la température augmenter, et l’état de votre impression dans la colonne de gauche.

N’ayant pas de webcam sous la main, je n’ai pas montré comment utiliser la fonction webcam pour faire des timelapses ou surveiller vos impressions, mais si vous utilisez également un raspberry zero W il est fort possible que vous n’arriviez pas à faire fonctionner correctement cette fonction à cause du débit limité par l’interface WiFi.

En conclusion, le but de cet article était de montrer comment faire une configuration de base pour faire fonctionner la Neva Magis (ou v1 mise à jour) avec octoprint, cela fonctionne très bien, j’utilise maintenant cette configuration depuis 2 semaines et je n’ai pas constaté de problème d’impression plus lente ou perte de qualité. Le fait de n’avoir qu’un seul bouton sur la Neva rend cette machine très simple à utiliser, mais si vous voulez imprimer régulièrement les mêmes objets octoprint devient un outils indispensable pour éviter de devoir sans arrêt recharger les même fichiers sur la carte SD ou connecter votre ordinateur sur l’imprimante.

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire