Test de l’imprimante 3D Sovol SV01, nouvelle marque très prometteuse !

This post is also available in: English (Anglais)

Je vais vous présenter aujourd’hui une nouvelle imprimante 3D du fabricant Sovol 3D, que j’ai reçu début mai en tant que beta testeur avant la commercialisation du produit.

  1. Sovol 3D est une toute nouvelle marque d’imprimante 3D d’origine chinoise, ils n’ont aujourd’hui qu’une seule référence d’imprimante, la Sovol SV01.

Caractéristiques principales de la SV01 :
– Surface d’impression 240x280x300mm
– Extrudeur en Direct Drive (type titan)
– Double moteur axe Z
– Surface de plateau type « ultrabase »
– Reprise d’impression en cas de coupure
– Détecteur de fin de filament
– Alimentation 24v/350w

Il n’y a pas de système d’autoleveling, mais l’installation d’un BL Touch a été prévu par la fabricant et ne devrait pas être compliqué.

Concernant le prix, cette imprimante est vendue 349$ soit environ 305€, pour l’instant elle n’est disponible que via des entrepôts du fabricant en chine, mais la livraison est quand même assez rapide, comptez entre 7 et 10 jours pour la recevoir. Il est possible par contre d’avoir des frais de douane sur le produit, cela reste assez aléatoire (j’ai du payer une 30aine d’euro me concernant).

Il est prévu à terme d’être vendu directement depuis des entrepôts européen, et même sur Amazon.

Le prix reste très raisonnable pour ce type d’imprimante, aux vu des options proposées : Direct drive, double axe Z, ultrabase, détecteur de fin de filament…

Déballage de l’imprimante

Livrée avec une bobine de 250g et les accessoires habituels, l’imprimante est déjà partiellement assemblée, tout la partie électronique est intégrée dans la partie basse du châssis, il n’y a donc pas de boitier de contrôle externe.

A première vue l’imprimante sera rapide à installer, il n’y a que 2 parties à assembler et l’écran de contrôle à fixer. La notice fournie est assez bien détaillée, en anglais.

L’écran de contrôle de l’imprimante, qui ressemble très fortement à celui de la Creality Ender 3.

La boite d’accessoires, avec support de bobines, détecteur de fin de filament, câble d’alimentation pour la France, et le classique spatule/pince/clés allen…

Avant d’aller plus loin, ouvrons la bête, curieux de voir la carte interne. Le câblage est propre avec une alimentation 24V/350W.

La carte mère est une Creality version 2.2, soit la même que la Creality CR-X, à voir si un upgrade en dual extruder est envisageable sur cette machine, mais c’est déjà le 2ème composant Creality après l’écran, on peut imaginer que d’autres composants comme les moteurs sont également fournis par Creality.

J’ai d’ailleurs eu confirmation par Sovol, la fabrication de cette machine est bien sous traitée  à ce jour dans les usines Creality, donc même si Sovol est une très jeune marque, elle bénéficie de l’expérience de Creality pour la fabrication de leur produit.

Assemblage de l’imprimante

L’assemblage de l’imprimante est vraiment très simple et rapide, 4 vis à mettre pour assembler les 2 parties du chassis ensemble, tout est également déjà câblé il n’y aura que l’écran à connecter, le endstop de l’axe Z et enfin fixer le support de bobine en haut.

Désolé j’ai oublié de prendre plus de photos lors de l’assemblage, mais cela prend moins de 15min à mettre en oeuvre. Plus simple à assembler qu’une Ender 3.

Quelques remarques sur la structure de cette imprimante. Une fois assemblée, l’ensemble est vraiment stable, le plateau ultrabase est collé directement au plateau mais Sovol m’a annoncé qu’une mise à jour était prévue, le plateau ne sera plus collé, et remplacé par un plateau magnétique.

On apprécie également le profilé renforcé en 2040 pour l’axe X, afin de mieux supporter l’extrudeur direct drive un peu plus lourd.

Dans l’ensemble cette machine semble vraiment être de qualité, avec des composants de qualité.

Premier test d’impression

Avant d’aller plus loin et démarrer une première impression, il faudra vérifier plusieurs points :
– le parallélisme de l’axe X
– que les excentriques de la tête d’impression sont bien serrés
– que les excentriques du plateau sont également bien serrés

Il faudra également au premier démarrage régler le niveau du plateau à l’aide d’une feuille de papier A4 et en ajustant la hauteur avec les 4 molettes sous le plateau, je ne vais pas vous détailler cette procédure, on trouve pleins de tutorial sur Youtube à ce sujet 🙂 Pensez juste à faire cette opération lorsque le plateau est chauffé à 50-60°C, c’est très important et pas toujours précisé.

C’est parti par la première impression !

Il est toujours préférable d’imprimer le modèle de test fourni par le fabricant sur la carte SD, cela permet déjà de vérifier le bon fonctionnement de la machine, car si vous rencontrez des problèmes cela pourrait aussi être liés à vos réglages dans votre logiciel de tranchage !

Le résultat d’impression est vraiment propre, aucun problème particulier pour cette première impression, pas de décollement, ni de sous/sur extrusion, vraiment satisfaisant !

Pour la suite, je vais utiliser un profil sous Simplify3D, en partant d’un profil créé pour la Creality CR10, je change juste la taille du plateau, et modifie également la distance de rétraction à 2mm car nous sommes en direct drive.

Je commence par une impression de « test » qui permet de tester différents aspects de son profil. Le résultat est plutôt bon pour un premier essai, je vais avoir quelques paramètres à ajuster, mais c’est satisfaisant pour une première impression.

Je continue dans la série « impression de test », cette fois-ci pour tester le comportement en situation d’impression de pont. Elle s’en sort vraiment très bien, cette machine commence à me plaire !

J’ai utilisé pour ces 2 premières impressions du PLA+ Yellow de la marque Sunlu, à 210°C et 60°C pour le plateau, au passage très bonne adhérence du plateau !

Cette fois-ci je lance une très grosse impression, environ 35h de print, avec du PLA+ White Ivory Sunlu. Le résultat est super propre !  Impression avec une hauteur de couche de 0,15mm.

Autre test d’impression, cette fois-ci avec le filament PLA vert pailleté de chez emotion tech, un flexrex, pour tester un peu plus la précision, très beau rendu, et les articulations parfaitement fonctionnelles.

Un autre test en PETG+ orange Sunlu, imprimée à 230°/70°C, je voulais voir tester l’accroche du PETG+ sur ce plateau ultrabase, imprimé avec une hauteur de couche de 0.20, et ventilation à 30%.

Super accroche ! Une fois l’impression terminée et plateau encore chaud il était quasiment impossible de retirer la pièce à la main. Une fois le plateau refroidi la pièce s’est décollé toute seule.

Enfin un dernier petit test pour la route, Sovol m’a proposer d’essayer leur PLA en même temps, vendu en pack de 2 bobines blanche+noire, disponible sur Amazon mais aussi sur leur site directement (avec entrepôt européen donc livraison très rapide). Le tarif sur leur site est vraiment très correct, à 32$ en promotion à ce jour, soit 28€ les 2 ou 14€ la bobine livraison incluse ! Vous pouvez même obtenir un coupon de bienvenu de 5$ pour votre première commande, soit une très bonne affaire, pour un filament de qualité…

Je vous laisse déjà juger de l’embobinage parfait de leur bobine, qui devrait limiter grandement les risques de noeuds, vous n’êtes pas non plus à l’abris d’une mauvaise manipulation de la bobine lorsque vous la retirez/remettez, veillez toujours à bien maintenir le filament tendu !

Et voilà donc un premier test d’impression de ce blanc « pure ». Imprimée à 200°C et 60°C pour le plateau et une hauteur de couche de 0,15mm. Le résultat est juste parfait, on ne voit pas les couches d’impressions, c’est bluffant !

Un autre petit test d’impression, toujours à 200°, hauteur de couche en 0,20mm.

Ce blanc est vraiment blanc comme neige, j’en ai profité donc pour faire un petit essai de lithophane, avec une hauteur de couche de 0,20mm.

En conclusion, concernant cette SV01, j’ai vraiment été surpris, en sachant qu’il s’agissait de la toute première imprimante de cette société et la première version de cette machine. Vraiment facile à assembler, c’est une imprimante que je pourrais conseiller à un débutant sans hésiter.

J’apprécie fortement le direct drive, qui devrait faciliter l’impression de certains filaments comme le flexible/tpu, c’est assez rare d’avoir ce type d’extruder pour une machine dans cette gamme de prix.

Si je devais la comparer à une Ender 3/pro, en terme de fonctionnalités, elle est clairement au dessus, certes pour un prix plus élevé, mais elle offre aussi une plus grande surface d’impression. Le seul point négatif que je vois pour cette imprimante, c’est qu’ils auraient pu l’équiper de drivers TMC2208/2209 afin de rendre celle-ci plus silencieuse.

Pour plus d’informations sur la Sovol SV01 rendez-vous sur le site Sovol3D

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

6 réponses sur “Test de l’imprimante 3D Sovol SV01, nouvelle marque très prometteuse !”

  1. Sympa le test, clair et précis.
    Des photos de l’écran pour voir l’interface aurait pu être ajoutées… D’ailleurs c’est quel firmware?
    Marlin 1.1.9!?

Laisser un commentaire